Looking for Hanna…in Paris

During Christmas holidays, my friend Hanna from Sweden that I met in the Kibbutz came to visit me in Paris. And we started this…journey in video!

tower

Why did you decide to come here?

That’s it, I am not in the kibbutz anymore. Well at least not physically but in my head I am still there.

This experience was really incredible, and I understand now why most of the people I know that have been there said that.

One of my biggest question when I arrived was, why people come here? What kind of people do you find volunteering in a kibbutz, especially in 2013? And why? When I told my parents I was going, they wondered why was I doing this to them? It was cool in the 70’s but you can do fruit picking in France right?

It’s not the 70’s anymore

The volunteer movement changed a lot because the reason for volunteering changed. The movement started because of the war, kibbutzim needed help to keep working so people who would go there, were more politically engaged and wanted to support the kibbutz, they would also be older sometimes leaving university or taking a break from work.

And some stayed in Israel, they are now married or have children! I have seen a lot of ex volunteers in my kibbutz!

But let’s go back to the one I met, during these 3 incredible monthes. I can’t really say they are politically engaged some don’t really know much about the situation. My self I don’t really have an opinion, its’ very complicated.

However even if we come from all around the world and have big cultural differences, I could see some similarities.

I was also very surprised to see big group from one country. For example they are so many Korean! I didn’t expect that! Same goes for South American and South African. Of course there were some of my fellow Europeans! But mostly Scandinavian, I don’t really know why it’s a bigger thing in some countries but it is not even related with being jewish because not many volunteer were jewish.

Need to leave

The reason for volunteering are often very similar: You are in a situation, you have to make choices. You just finished high school, or quit a job, finished university or had a bad break up, kill your self at work or realize actually you hate it so much. So they need a change, a big one. Travels are literally a way to distance yourself from your problems.

In my case, I was feeling I was going nowhere in France, I had no career started, my friends where living far away, nothing much to look forward, feeling I don’t belong there. I didn’t feel I was ready to work, the situation in France make you feel quite miserable when it comes to work. It is quite depressing especially in my field. I wanted to do something different where I don’t have to worry and I can meet people, learn about another culture. Two friends I met in England did it and the experience they described me seemed so amazing, I started to look for information. Sometimes it can be your parents that have been there and encourage you to do the same, or maybe you find out about it randomly while looking for what  to do during a gap year. It seemed to be a great opportunity for me I had the time to do it.

Don’t worry…

I think it is indeed a break, all the everyday worries you have back home are not there: worry about cooking, doing your laundry, transportation, paying your bills.. Yes sometimes work can be tiresome, you can have a hard day, but you  know that you won’t stay there forever, that cutting carrot isn’t your life, that it’s ok if you put an apple B in a a box of apple C (well maybe you won’t work in apple anymore ) it’s very unlikely you will wake up in the middle of the night worrying about your job (maybe just wondering if tomorrow is your day off…).

Therefore you can focus on one thing: enjoying the moment!

Group

My home away from home

I didn’t expect to feel like home that quickly, to feel so good in a foreign country so easily! I think everything is different in the kibbutz: It’s more intense, but also relaxed and more spontaneous. The first week, even if I was new I would never feel alone because you will always find someone to talk to or hang out with. You build friendship and trust people faster than back home,and I think it’s because people feel that here no one knows them, we are equal. It’s always surprising when you here a volunteer saying “Oh back home I was a lawyer “or a journalist or some other “serious job” because here this one packs apples or works in dinning.

It really becomes a family, a feeling I have even more now I left. I was really amazed that with all these different nationalities and of course cultural differences everyone is so open and welcoming. You can’t be good friend with each volunteers but overall there is a sense of community and being together that is very strong. I think you feel free to be your self as cheesy as it sounds but  it’s the truth for me. There are no expectations from people so you can feel more free.

Safe Bubble

This environment makes you feel safe, like you are in a bubble.

People may not think of this feeling of safety before going, especially because going abroad is in a way putting your self in danger, in a “strange” environment. But unconsciously we want to feel safe and it makes even more sense knowing that a lot of us when we arrive, are trying to escape our problems. We hope that when we go home everything will be better even if often  the problems are still there waiting for us but we grew up in the meantime. No matter how long you stay, the kibbutz changes you.

Bon voyage!

alexis2

Alexis part aujourd’hui. Eh oui il quitte notre cher pays pour un voyage qui commence par être matelot sur un bateau qui l’emmène en Amérique!

Voilà un deuxième article de son cru, il m’a promis de m’écrire des lettres que je publierais ici!

Bon voyage, Alexis :)

J’imagine que vous avez rangé vos photos de la Tour Eiffel? Je suis fier de vous. Même si au fond, je suis un peu des votre. Bah oui moi aussi j’ai emmené mon ex à Venise et moi aussi j’ai grimpé la Tour Eiffel (effet romantique approuvé). C’est sur ça fait classe et puis au moins elle se souviendra de toi celle là. Le tout c’est de savoir doser. On a tous nos moments un peu cliché et un peu niant-niant c’est normal et puis il faut optimiser le peu de temps libre qu’on a. Alors forcément on pense pas tout de suite à aller s’enterrer au fin fond de l’Ex-Yougoslavie. Vous êtes tout excusés. Mais voilà même si ça peut faire flipper aussi, un mec qui les emmène en stop jusqu’à Berlin ça les fait rêver aussi ne l’oublier pas. On a tous entendu parler du fantasme Indiana Jones pas vrai? Alors n’hésitez pas, on est en 2013 et le style baroudeur ça plait, et si en plus ça peut faire chier les bobos hipster alors tant mieux. Bah ouais c’est des connards sans identités qui se fondent dans la masse en pensant être uniques et décalés. Et la barbe n’y changera rien. Alors faites ce dont vous avez envie mais affirmez-le. Ne soyez pas un mouton. 

 Mais revenons à nos affaires. 

 Quand Camille m’a demandé de parler de mes voyages, j’avoue avoir été de suite emballé, mais force de dire que je ne sais pas trop par où commencer. J’ai beaucoup aimé son article sur ça première expédition à l’étranger. Mais à vrai dire, je considère en avoir eu plusieurs. Tout d’abord le séjour à Londres à 18 ans en coloc pendant plusieurs mois, le premier trajet en stop Paris – Barcelone à 18 ans toujours. Mais s’il y a bien une journée qui m’a marquée c’est mon premier jour de backpacker.

 Pour faire court, j’avais pris un train en direction de Bruxelles, sans hôtel ni rien juste avec l’idée d’aller à un festival Rock le lendemain. (Rock Werchter précisément) . Je comptais passer la nuit à la gare et prendre le premier train le matin. Une mauvaise idée évidemment mais j’étais jeune et naïf  Il se trouve que je me suis fait hébergé dans un luxueux hôtel de Bruxelles par John, un américain travaillant à l’ONU. Il fallait avoir confiance bien sûr, mais ça on l’apprend en voyageant. Et ouais les suites d’hôtel c’est cool, le lit King size pour toi tout seul c’est sympa, mais ça l’est encore plus quand c’est offert par quelqu’un comme ça sans rien demander. Il m’a tout simplement dit qu’il voulait me rendre service aujourd’hui pour que je puisse à mon tour rendre la pareil à quelqu’un dans quelques années.  C’est exactement l’idée du voyage que je me fais. On rencontre plein de gens et on ne peut pas forcement tout rendre à la personne qui nous donne. Souvent elle s’y refuse d’ailleurs. Mais c’est un échange permanent. Ne l’oubliez jamais. Pendant vos vacances de touristes ça vous ne le vivrez jamais. Vous ne ferez jamais de rencontres, en tout cas pas d’aussi spontanées et honnêtes. Vous avez de l’argent mais vous être pauvre. Horriblement pauvre. Et moi je dors dans vos hôtels.

 Et puis aller petit moment culturel on fini avec mon bon vieux Buk:

 

Some people never go crazy. What truly horrible lives they must lead. 

– Charles Bukowski

Alexis

Alexis, c’est l’ami je ne sais jamais où le trouver, mais on arrive à se croiser. Parce qu’il est tout le temps à droite, à gauche, un coup à Berlin ou à Bruxelles ou au fin fond de la Pologne.

Du coup quand j’ai pensé à faire intervenir des gens que je connais pour qu’ils partagent leur expérience c’était un choix évident! Cette fois c’est par email qu’on en a discuté donc ce ne sera pas de l’audio (je travaille aussi sur une transcription de l’interview de Luis).

Bref je vous laisse découvrir. Je luis ai dit voyage et voilà ce qu’il a commencé à m’écrire (ah bon ce n’est qu’un début?)

;)

alexis

Je me demande encore si cela a eu une influence quelques pars mais je suis né à Paris un jour de printemps au début des années 90.Des millions de personnes rêves de venir ici et moi j’y suis déjà, j’y suis même né. Votre origine a évidemment une influence sur la façon dont les gens vous perçoivent pendant vos voyages mais cela a-t-il une influence sur votre façon de voyager?

Toujours est il que je n’ai pas toujours eu envie de quitter paris. Des changement de villes et donc d’école réguliers ont finis de me raccrocher à ma ville. Je l’ai abandonne malgré moi je ne me sentais plus parisien, j’avais vécu trop longtemps ailleurs. Mais pas des endroits suffisamment intéressant pour l’oublier.

Cela a crée une sorte de complexe, je ne suis pas provincial mais je ne suis plus parisien, à l’image d’un immigré qui se demande s’il doit supporter l’équipe de France ou bien celle d’Algérie. Le voyageur est sensé ne pas avoir de point d’attache ou de s’en défaire facilement.

Je pense que l’on tiens un début d’explication. A moins d’être en constante recherche de ce point d’attache. Moi-même je l’ignore encore. Donc voilà, une jeunesse entre Paris, province et banlieue, des études avortées une famille inexistante, fin prêt pour prendre la route.
Je suis rentré à Paris à 17 ans et je n’ai jamais vraiment eu de chez moi, soit chez mon père, chez mes copines et des amis. Je vis avec mon sac. Je suis toujours prêt a partir. 

Je pense que les vrais voyageurs voyagent par plaisir mais surtout par nécessité. Il n’y a cependant aucun profil type de voyageur , les gens sans problème et même les gros cons voyagent. Mais il y a une énorme différence entre le gros con de touriste et le gros con de voyageur.

Le voyageur est prétentieux parce qu’il vit plus que toi, le touriste parce qu’il en a vu plus. En gros le touriste en a une plus grosse mais toi tu sais mieux t’en servir. Ce n’est pas une question de nombres de pays ou du nombres de photos mais une question de mise en danger, de risques. C’est pour ça que l’on doit voyager, se sortir de son cocon. Et ne venez pas me dire que vous êtes allés à La Baule le weekend dernier ça c’est pas un voyage, c’est juste beauf. Sans parler de votre visite à Center Parc ou de votre visite des putes à Amsterdam.

Donc pour être clair les adeptes du Club Med, weekend à Disney ou des 2 semaines à la plage en Espagne, au mieux vous me faites vomir. Et ta photo en face de la Tour Eiffel tu sais ce que j’en pense pas vrai?

C’est définitivement ca le leitmotiv, la peur. On se sent vivant, on se sent libre. Les expériences que je raconte sont toujours celles les moins joyeuses à vivre. Les nuits dans la rue, à la gare, seul ou pas, les heures d’autostop dans le froid, sous 45 degrés, la station service au fin fond du Kosovo…

Mais ce n’est pas que ça. Le deuxième est la mise en situation. C’est pour ça que je décommande toujours l’hôtel et le train. Exception faites pour le transsibérien ou les trains pourrit d’Europe de l’est où il est aisé de rencontrer des gens! Stopper et Couchsurfer ce n’est même pas recommandé, c’est la base.

Bannir mcdo et ibis et vous aurez déjà fait un grand pas. Il faut aller à la rencontre des gens mais en se coupant de son confort de bourgeois. Si vous n’avez pas beaucoup de temps par contre prenez l’avion et le train on ne vous en voudra pas mais évitez Bénidorm par pitié. Les plus belles plages d’Europe ne sont pas en Espagne bordel. Et en plus c’est cher pour s’entasser dans un bloc de béton et voir des mecs avec du gel à longueur de journée.

Il faut donc bien réfléchir sur vos motivations, si elles ne sont pas clair c’est que vous êtes sur le bon chemin. Ne penser même pas à vous relaxer [au sens premier] ni même à en mettre pleins la vue puisque tout le monde s’en fout que vous ayez pique niqué au bord d’une rivière en Bulgarie (pas moi!). Et le stop n’est pas vraiment de tout repos. Seulement contradictoirement, cela vous fera un bien fou croyez moi.

Comme je l’expliquais avant, il y a évidemment quelques chose de profond dans l’envie de voyager et encore une fois vous pouvez remballer votre séjour chez mamie. Mais cela prendrait beaucoup trop de temps et on est pas en cours de philo.

Le seul but du voyage est de faire des choses que les autres n’ont pas fait, parce que oui après tout on voyage aussi en se comparant, c’est humain. Mais contrairement au gros con de touriste cité précédemment ce n’est pas pour en mettre plein la vue. Mais pour acquérir une expérience et un vécu différent de vos petits camarades . Quand quelqu’un me raconte une expérience de voyage je sens qu’il a vécu quelque chose et je veux aussi le vivre à ma manière. On se nourrit de ça. Plus tu voyages plus tu rencontres de gens qui ont voyagé et donc plus tu as envie de continuer. C’est un cycle vertueux. Une fois que vous avez commencé c’en est fini de votre vie Ikea. Alors si vous ne sentez aucun manque, soit vous êtes amoureux soit vous un touriste. Dans les deux cas ,désolé pour vous.

Il faut évidement un déclic pour tenter où même avoir l’idée de voyager, Le mieux est donc de les provoquer. Vous inscrire sur BeWelcome et CouchSurfing sera déjà un bon début. Vous y trouverez hébergement et compagnon de voyage, Crée un blog ou tenez un journal ça vous donnera envie de les remplir. Pour le stop vous pouvez vous aidez de «Hitchwiki » vous y trouverez tout les informations nécessaire au stop (faites attention tout de même, ne lisez pas ça comme une bible non plus).

Et souvenez vous, j’en ai rien à foutre que vos parents vous ai emmené en Safari. 
La suite arrive bientôt, avec de vraies histoires et de vrais conseils, restez calme les enfants.

En attendant je vous conseille le blog de Ghislain, un sacré psychopathe! http://ghislainvoyage.over-blog.com/archive-06-2012.html